Collège des Caillols
Marseille
 

z2012 - Biographie de Thomas Edison

lundi 2 janvier 2012, par Mme Rebuffé


Travail de recherches et expériences en 6°6, projet sciences : Biographie de THOMAS EDISON : Thomas Alva Edison, né le 11 février 1847 à Milan dons l ‘Ohio et mort le 18 octobre 1931 à West Orange dans le New Jersey, est un inventeur et industriel américain. Fondateur de General Electric, l’un des premiers empires industriels mondiaux, il est reconnu comme l’un des inventeurs américains les plus importants et les plus prolifiques, revendiquant le nombre record de 1 093 brevets d’inventions. Pionnier de l’électricité, diffuseur, vulgarisateur et perfectionnant les technologies d’avant-garde, il s’est également auto-proclamé inventeur du téléphone, du cinéma et de l’enregistrement du son. Il est parfois surnommé le magicien de Menlo Park, ville rebaptisée en son honneur en 1954. Biographie : Enfance autodidacte : Il naît le 11 février 1847 à Milan dans l’Ohio. Fils de Samuel Edison, touche-à-tout, brocanteur, épicier, agent immobilier, et de Nancy Elliot Edison, ancienne institutrice canadienne d’origine écossaise, il est cadet d’une famille modeste de sept enfants. En 1854, alors qu’il est âgé de 7 ans, sa famille s’installe à Port Huron dans le Michigan. Son professeur le considère alors rapidement comme un hyperactif stupide car il est trop curieux, pose trop de questions et n’apprend pas rapidement. Après 3 mois de cours, sa mère offusquée décide de lui faire l’école elle-même. Il complète ensuite sa formation de base en parfait autodidacte en dévorant tous les livres de science de sa mère. Premier laboratoire de chimie à 10 ans : En 1857, âgé de 10 ans, Thomas possède déjà un vrai petit laboratoire de chimie dans le sous-sol de la maison de ses parents pour développer son intelligence pratique. En 1859, âgé de 12 ans, Thomas devint vendeur de journaux, boissons, cigares, cigarettes, bonbons, dans le train de la « Grand Trunk Railway ». Avec l’argent gagné, il s’achète une presse d’imprimerie d’occasion qu’il installe dans un wagon à bagage pour la rédaction et l’impression (durant les trajets) de son propre mini journal hebdomadaire tiré à 500 exemplaires. En 1860 il est autorisé à aménager son laboratoire de chimie dans son wagon à bagage-imprimerie. Il poursuit ses expériences durant les haltes de 5 heures à Détroit. Il s’intéresse également au télégraphe du train inventé en 1838 par Samule Morse. Une embardée du train renverse un jour du phosphore et provoque un incendie ce qui lui vaut son renvoi immédiat avec ses premiers 2 000 dollars de gain commercial fièrement gagnés. Pratiquement sourd dès l’âge de 13 ans : Agé de 13 ans, il attrape la scarlatine dont il ressort pratiquement sourd, même si la légende veut qu’il le soit devenu après qu’un cheminot l’eut empoigné par les oreilles. Ce handicap influencera fortement son comportement, sa carrière, l’orientation de ses travaux. Son désir d’améliorer le sort de l’humanité le motive pour plusieurs inventions et décuple son avidité pour la lecture, en particulier des ouvrages de chimie, électricité, physique, mécanique… Employé télégraphiste de la Western Union Telegraph Company En 1862,Thomas sauve héroïquement le bébé du chef de gare de Port Huron qui faillit se faire écraser par un train. Pour le remercier, l’officier accepte de lui apprendre l’alphabet morse et l’utilisation de son télégraphe durant 2 mois de formation. Cette nouvelle compétence-passion lui permet de trouver un emploi de télégraphiste à Memphis. En 1866 âgé de 19 ans, il déménage à Toronto au Canada et trouve un emploi d’assistant-télégraphiste à la Western Union Company. Son travail consiste à retransmettre à Toronto les messages reçus à chaque heure. Il réalise alors sa première invention : il transforme son télégraphe en « transmetteur-récepteur duplex automatique de code Morse » capable de transmettre sur un même câble deux dépêches en sens inverse automatiquement sans intervention d’employé, et dépose son premier brevet. Puis il revient en tant qu’opérateur itinérant de ville en ville dans tout l’est des États-Unis. En 1868, âgé de 21 ans, expert en télégraphie, Thomas est embauché comme opérateur-télégraphiste de nuit à la Western Union Company de Boston et travaille en parallèle sur plusieurs projets d’inventions dont une Machine de comptage automatique de vote qui n’est pas retenue par le Congrès des États-Unis car jugée trop rapide… Il en déduit un de ses futurs grands principes de base : « Never invent something that people don’t want » (= ne jamais inventer quelque chose dont les gens ne veulent pas). En 1869 il tente sa chance à New York, où il trouve une chambre de bonne dans les sous-sols de la Bourse de New York à Wall Street. Il dort à côté du téléscripteur qui transmet les cours de l’or sur les marchés financiers, et étudie cette machine de près. Il aide un jour le télégraphiste de la Western Union à résoudre une panne importante sur ce télégraphe et se voit proposer une confortable place d’assistant de l’ingénieur en chef de la Western Union de New York, avec pour mission d’améliorer le téléscripteur de la Bourse de New York. Fondation de l’Edison Universal Stock Printer de New York : Il fonde puis revend 40 000 dollars sa première société « Edison Universal Stock Printer », où il développe et commercialise son télégraphe multiplexé automatique breveté pouvant transmettre et imprimer simultanément plusieurs cours de valeurs boursières. Fondation de son empire industriel de Menlo Park En 1874 avec les 40 000 dollars précédemment récoltés, il fonde son propre empire industriel de « Menlo Park » doté de laboratoires de recherche à Newark dans le New Jersey près de New York. Il est précurseur de la recherche industrielle moderne appliquée avec 2 associés et une équipe de 60 chercheurs salariés (au lieu de chercheurs isolés), supervise jusqu’à 40 projets en même temps, et dépose jusqu’à 400 brevets par an. Il fabrique et commercialise les premiers téléscripteurs qui impriment à haute-vitesse. Invention du téléphone breveté de justesse avant lui par Bell : En 1876, il entreprend de développer le téléphone mais Alexandre Graham Bell dépose son brevet avant lui le 7 mars. Edison développe alors un microphone à cartouche de carbone qui améliore considérablement les capacités du téléphone de son concurrent. Anecdote : Thomas Edison vit dans son laboratoire et ne dort que quatre heures par nuit. Il dit être capable de travailler 48, voire 72 heures d’affilée. Invention du Phonographe : Le français Édouard-Léon Scott de Martinville avait déjà enregistré des sons sur papier en 1859 inventant ainsi la phonautographie mais c’est en 1877 qu’Edison achève la construction du premier véritable phonographe capable d’enregistrer et de réécouter la voix humaine et du son, qu’il perfectionne avec le temps (cylindre phonographique d’acier couvert d’une feuille en étain et d’une aiguille qui grave puis lit 2 minutes de sons recueillis ou diffusés par un cornet acoustique). Les versions suivantes de cet appareil sont à la base de la colossale industrie de la musique enregistrée. Le phonographe à cylindre en 1878 : photo Fondation de Général Electric : En 1878 Thomas Edison se lie avec des hommes d’affaires parmi les plus riches de New York et fonde la « Edison Electric Light Company », qui deviendra en 1889 la « Edison General Electric Company », puis la General Electric en 1892. La France le décore du grade de Chevalier de la Légion d’Honneur puis de Commandeur de la Légion d’Honneur en 1889. Amélioration et diffusion de l’ampoule électrique domestique : En 1878, lors d’une partie de pêche au « lac Battle » de la Sierra Madre dans le Wyoming, il observe à quel point les fibres d’un morceau de bambou (de sa canne à pêche) jeté au feu brillaient sans se désintégrer. Cette observation lui inspira l’idée d’un filament brillant à l’intérieur d’une ampoule incandescente. En 1878, après l’invention de l’ampoule électrique par James Bowman Lindsay (1838), et en rivalité directe avec Joseph Swan, il dépose le brevet de l’ampoule électrique à base de filament en bambou du Japon sous faible voltage dans une ampoule de verre sous vide, après avoir testé 6 000 substances végétales envoyées chercher dans le monde entier, avec un budget de 40 000 dollars. Sans être les inventeurs de l’ampoule électrique, son équipe et celle de Swan ont apporté une contribution essentielle au développement industriel de l’ampoule à incandescence. L’ampoule électrique d’Edison : photo Lewis Howard Latimer, ingénieur de la Edison Company remédie au problème majeur de l’ampoule à filament en bambou, qui grille au bout de 30 h. En 1881, il brevète donc, avec son ami Joseph V. Nichols, la première ampoule à incandescence avec filament de carbone puis obtient, seul, en 1882, un brevet pour son procédé de fabrication et de montage de filaments de carbone. Seul Noir membre de l’équipe de recherche scientifique d’Edison, Latimer dirige l’installation du système de la lumière électrique à Philadelphie ainsi qu’à Montréal, au Québec. Puis, on l’envoie à Londres, en Grande-Bretagne, où il est chargé de monter un département de lampes à incandescence pour la Maxim-Weston Electric Light Company. En 1880, Edison illumine le 1er janvier toute la rue, la bibliothèque et le laboratoire de Menlo Park avec une dynamo et 40 ampoules électriques basse tension. Il fonde en octobre avec l’aide de capitaux de grands financiers, sa propre fabrique d’ampoules de la « Edison Electric Light Company ». De mai à juin il dépose une série de 33 brevets de « distribution complet d’éclairage électrique domestique » de générateurs électriques, conducteurs électriques, moteurs électriques, fusibles etc. En 1881, l’Exposition internationale d’Électricité de Paris de 1881 propulse Thomas Edison au rang de « symbole international de la modernité et du progrès social scientifique ». Invention de la centrale électrique : En 1882 la « Edison Electric Light Company » de Thomas Edison fonde la première centrale électrique du monde, la Pearl Street Station, à base de 6 dynamos « Jumbo » le 4 septembre pour produire du courant continu dans le quartier de Wall Street de Manhattan, d’une capacité de 1 200 lampes pour éclairer 85 maisons, bureaux ou boutiques. Moins d’un an plus tard, d’autres centrales toujours plus puissantes éclairent plus de 430 immeubles new-yorkais avec plus de 10 000 ampoules, suivi bientôt par Londres. En 1884, Edison (fervent partisan du courant continu) se sépare de son employé Nikola Tesla, un des pionniers du courant alternatif, plus dangereux mais capable d’être acheminé sur de plus longues distances que le choix obstiné d’Edison. Les deux hommes ne peuvent s’entendre. Edison use de ses relations afin de discréditer Tesla aux yeux de l’opinion publique. Malgré cela l’industrie opte rapidement pour le développement du courant alternatif. Toutefois, Edison tenta une campagne de lobbying en faisant des démonstrations publiques d’électrocution de différents animaux, pour prouver la dangerosité du courant alternatif. Ces démonstrations finiront par conduire à l’invention de la chaise électrique et l’adoption progressive de l’électrocution comme moyen d’exécuter les condamnés à mort. Fondation de l’empire industriel de West Orange près de New York : En 1887, Edison s’installe à West Orange dans le New Jersey pour multiplier par 10 la taille de ses laboratoires de recherche sur un immense complexe industriel comportant 14 bâtiments dont 6 consacrés à la recherche et développement, une usine de fabrique d’ampoules, une centrale de production électrique, une bibliothèque et plus de 5 000 employés sur le site. Il déclare : « Je vais rendre l’électricité si bon marché que seuls les riches pourront se payer le luxe d’utiliser des bougies. » Invention du Kinétographe et du Kinétoscope : Une série de photos mises en mouvement du photographe Eadweard Muybridge. Le Kinetophone d’Edison en 1888 : photo. En 1888, Edison se consacre également à la grande aventure des pionniers du cinéma. Il reçoit le photographe Eadweard Muybridge et invente le kinétographe : il s’agit de photographies de mouvement décomposé puis passé en accéléré (il ne dépose son brevet qu’aux États-Unis). En 1892, il est décoré de l’Albert Medal de la Royal Society of Arts de Grande-Bretagne. Invention et fondation des studios de cinéma : En 1893, Edison fonde avec son assistant producteur William Dickson, les premiers studios de cinéma pour projeter ses films dans ses « Kinetoscope Parlors » (premières salles précurseurs du cinéma) En 1895, il est lauréat du prix Rumford pour ses travaux sur l’électricité. En 1902, ses collaborateurs paient un projectionniste de Londres afin de s’approprier une bobine du film Le Voyage dans la Lune de Georges Méliès adapté du célèbre roman de Jules Verne, De la Terre à la Lune. La bobine est ramenée aux Etats-Unis et dupliquée en de nombreux exemplaires. Le film est un grand succès financier pour Edison, et provoque la faillite de Méliès. Invention du Kinetophone son et image : En 1903, il commercialise une caméra : Universal Projecting Kinetoscope capable d’enregistrer 12 images sur film de 35mm. Il organise l’exécution filmée de Topsy l’éléphante. En 1913, Edison invente le Kinetophone en synchronisant son phonographe à sa caméra et à son kinétoscope et produit le « premier film court parlant » au monde. Il devient mondialement connu sous le surnom de « Magicien de Menlo Park ». Invention de la pile alcaline En 1915, il invente la première pile alcaline nickel-fer. Décès : En 1930, âgé de 83 ans, il mène un test de 17 000 plantes pour produire de la gomme synthétique. En 1931,à l’âge de 84 ans, il meurt sur son site de West Orange dans le New Jersey, près de New York, alors qu’il poursuivait inlassablement ses travaux, après avoir déposé son dernier brevet un an plus tôt. En tout, il déposa au cours de sa vie 1 093 brevets et employa plus de 35 000 personnes dans un empire industriel qui permit l’essor de l’électricité dans le monde entier. Liste de quelques-uns de ses 1093 brevets et inventions : · Première lampe électrique de Thomas Edison en 1879. · 1866 : le télégraphe « transmetteur-receveur duplex automatique de code Morse » · 1868 : la machine de comptage automatique de vote · 1869 : le télégraphe multiplexé automatique · 1874 : le téléscripteur qui imprime à haute-vitesse · 1876 : un téléphone (brevet déposé de peu avant le sien par Alexandre Graham Bell) · 1876 : le microphone pour les téléphones d’Alexandre Graham Bell ; · 1877 : le phonographe ; · 1879 : l’ampoule électrique ; · 1879 : l’effet Edison mise en évidence de l’émission d’électrons à partir d’un filament chauffé · 1882 : la centrale électrique de courant continu pour 1 200 lampes. · 1888 : la chaise électrique. · 1888 : le kinétographe pour enregistrer des films et le Kinétoscope pour les visualiser. · 1893 : les premiers studios de production de film de cinéma. · 1893 : les « Kinetoscope Parlors » (premières salles précurseur du cinéma) · 1895 : la lampe fluorescente à partir d’un tube à rayon X ; · 1903 : une caméra (Universal Projecting Kinetoscope) (enregistrement de films très court) · 1913 : le kinetophone pour des films parlants ; · 1915 : l’accumulateur alcalin nickel-fer Jasia et l’incandescence, Laura, et les lampes Célia, Djamila, et la lampe et le moteur Sarah,

Portfolio

  • edison
  • phonod'edison
  • kinetoscope
  • lampeedison
  • lampes2
  • lmapes
  • incandescence
  • lampemoteur
  • laser1
 
Collège des Caillols – 66 rue de la Sariette (tél: 04.91.87.51.51 / fax: 04.91.35.19.04) - 13012 Marseille – Responsable de publication : Mme LANGLOIS
Dernière mise à jour : dimanche 13 septembre 2020 – Tous droits réservés © 2008-2020, Académie d'Aix-Marseille