Collège des Caillols
Marseille
 

z2012 - Biographie d’André-Marie Ampère

lundi 2 janvier 2012, par Mme Rebuffé


Biographie d’AMPERE ANDRE-MARIE : André-Marie Ampère, né à Lyon le 20 janvier 1775 et mort à Marseille le 10 juin 1836, est un mathématicien et physicien français. Il inventa le premier télégraphe et, avec François Arago, l’électroaimant, et il énonça en 1827 la théorie de l’électromagnétisme. Son nom a été donné à l’unité internationale de l’intensité du courant électrique : l’ampère noté A, étudié en 4ème .

JPEG - 15.9 ko
Andre-Marie_Ampere

Ses découvertes : Ampère travaille sur les mathématiques, notamment sur la théorie des probabilités et l’intégration des équations différentielles partielles. En 1820, à partir de l’expérience de Hans Orsted, il étudie la relation entre magnétisme et électricité. Il découvre que la direction dans laquelle se déplace l’aiguille d’une boussole dépend de la direction du courant électrique qui circule à proximité. La loi d’Ampère la plus connue est celle de l’électrodynamique. Il décrit également la relation qui existe entre la force du courant et celle du champ magnétique correspondant. Ces travaux fondent l’électrodynamique et influencent considérablement la physique du XIXème siècle. Ampère interprète le phénomène du magnétisme par la théorie du courant moléculaire, selon laquelle d’innombrables particules minuscules, chargées électriquement, seraient en mouvement dans le conducteur. Cette théorie est rejetée par les scientifiques de l’époque et ne parvient à s’imposer que soixante ans plus tard avec la découverte des électrons. Outre son travail sur l’électrodynamique, il tente d’expliquer certains phénomènes chimiques par la géométrie des molécules et émet parallèlement à Avogadro l’hypothèse que le nombre de molécules contenues dans un gaz est proportionnel à son volume. Il a inventé le galvanomètre, le premier télégraphe électrique et, avec Arago, l’électroaimant. Grâce à Ampère se firent connaître les termes « courant électrique » et « tension électrique ». Il nous laisse aussi des empreintes profondes dans les domaines mathématique, chimique et botanique. Par ailleurs, dans la querelle sur la nature du chlore, il fut un des premiers à plaider pour "le chlore, corps simple", contre l’idée alors répandue du "chlore, composé oxygéné de l’acide muriatique"(aujourd’hui acide chlorhydrique). Travail de recherche des élèves de 4°1, 4°2, 4°3.

 
Collège des Caillols – 66 rue de la Sariette (tél: 04.91.87.51.51 / fax: 04.91.35.19.04) - 13012 Marseille – Responsable de publication : Mme LANGLOIS
Dernière mise à jour : dimanche 13 septembre 2020 – Tous droits réservés © 2008-2020, Académie d'Aix-Marseille