Collège des Caillols
Marseille
 

z2017 - Visite de l’école Centrale à Château-Gombert

dimanche 5 février 2017, par Mme Rebuffé


Visite de l’école Centrale à Château-Gombert, Marseille : le jeudi 24/01/2017
Sortie organisée par Mme Brill et Mme Rebuffé.


Un groupe de 15 élèves ayant le profil « longues études » sont accompagnés par ces deux enseignantes. Nous sommes accueillis à cette école par un professeur, M. Fabien Rémy. Il nous présente tout d’abord les grandes lignes des études pour devenir ingénieur et le métier d’ingénieur.


Cette école compte 250 élèves par promotion ( = par niveau) pour une durée de 3 ans d’études. Elle forme des étudiants après une classe préparatoire à 90 % ( bac + 2 : avec bac S scientifique ou plus rarement technologique) à devenir de futurs ingénieurs. M. Fabien Rémy nous fait remarquer que les 2 années de classe préparatoire sont très dures à vivre car le TRAVAIL est le maître mot pendant cette durée. Il est clair que ce sont les meilleurs étudiants qui peuvent se diriger –garçons comme filles- vers cette filière.


M . Fabien Rémy nous emmène alors visiter un amphithéâtre de 120 élèves. On y voit un grand tableau, des rangées de sièges. Un élève du groupe dit « On se sent devenir sérieux ici…. » à méditer…
Pour devenir ingénieur, il faut développer les qualités suivantes : l’autonomie, le travail, l’ingéniosité, la coopération avec d’autres étudiants et/ou professeurs. Des problématiques scientifiques et technologiques sont posées et les ingénieurs doivent trouver des solutions. De nombreux débouchés dans de nombreuses entreprises sont observés.


Un examen d’anglais d’un très bon niveau est à passer au cours du cursus : si le niveau n’est pas atteint, quelque soit les notes obtenues ailleurs, le diplôme n’est pas validé et l’étudiant ne pourra pas devenir ingénieur.


Il faut compter 600 € par an par étudiant à payer par les parents ou responsable légal à l’inscription. Mais la qualité et la variété du matériel sont telles que cela coûte bien plus cher : 20 000 € par an en fait donnés par la collectivité par étudiant . Si on compare au cycle universitaire, les coûts sont moindres. ( 7 000 € par an pour la collectivité, la famille ayant à sa charge environ 400€ pour un doctorant soit au-delà de bac +4. ) On observe qu’il y a de plus en plus d’ordinateurs munis de simulateurs afin de réduire les coûts des installations expérimentales.


Les professeurs qui enseignent ici sont des enseignants et des chercheurs : ils dispensent des cours mais font aussi de la recherche dans le domaine de l’ingénierie sur un thème défini.
M. nous présente alors un projet mené à 2 ingénieurs sur une éolienne flottante. En effet, une éolienne en mer a un pilier qui peut être un véritable problème en fonction de la profondeur de la mer. Deux essais ont été faits dans le monde et déjà deux éoliennes coulées. Le problème est le flotteur : le travail de l’ingénieur est bien de résoudre ce problème, en équipe, ce qui ne saurait tarder…


Nous visitons ensuite des ateliers et des enseignants –chercheurs nous montrent les salles expérimentales :
Nous visitons une salle pour étudier les déformations de certains matériaux par une méthode optique : la photoélasticimétrie. On utilise ensuite un appareil muni d’un étau : on place un matériau dans cet étau et on éloigne les deux parties jusqu’à la rupture éventuelle du matériau. Ceci permet de prévoir la réaction des matériaux en fonction des contraintes imposées.
Les élèves ont pu ainsi tester le duralium – alliage d’aluminium (> 90 %), de cuivre (3-5 %), de magnésium (0,4-2,4 %) et de manganèse (0,3-1 %) et un plastique, le PVC. On observe sur la machine commandant l’étau et sur l’ordinateur l’évolution de la force en Newton N exercée sur le matériau en fonction de l’étirement du matériau en cm. 
Nous visitons en suite une salle d’optique : les élèves y voient une fibre optique qui permet le transport d’une onde électromagnétique d’un point à un autre.
Nous voyons ensuite des installations expérimentales sur la mécanique des fluides : études des vagues, mouvement des fluides comme l’eau de mer….
Cette visite fut très riche en informations. Quelques élèves ont pu ainsi réfléchir sur leur éventuelle orientation vers cette filière ou non. Mme Rebuffé

Portfolio

  • éolinne flottante
  • appareil de photoélasticimétrie
  • étirement d'un matériau.
  • courbe obtenue de la force exercée en fonction de l'éloignement de (...)
  • lecture de force en N et d'étirement en cm.
  • cassure du PVC
  • lunettes de protection en optique
  • mouvements des vagues étudiés
  • écoulements d'un fluide.
  • explication de la portance.
  • expérience en mécanique des fluides.
 
Collège des Caillols – 66 rue de la Sariette (tél: 04.91.87.51.51 / fax: 04.91.35.19.04) - 13012 Marseille – Responsable de publication : Mme LANGLOIS
Dernière mise à jour : dimanche 13 septembre 2020 – Tous droits réservés © 2008-2020, Académie d'Aix-Marseille