Collège des Caillols
Marseille
 

z2017 - EPI sécurité routière RISKADO

mercredi 11 janvier 2017, par Mme Rebuffé


Séance organisée par la Préfecture de Police sur la sécurité routière sur toutes les 3ème :



RISKADO



A quoi fait penser ce mot inventé ?


Prendre un risque ce qui signifie s’exposer à un danger.
Il y a 2 types de risques : le risque accepté et le risque inconnu.
Par exemple, on s’expose à un danger lorsqu’on fume, boit de l’alcool, lorsqu’on fait un sport dangereux comme du parapente. On prend alors le risque d’avoir une maladie des poumons,d’avoir un accident, d’en provoquer un, de se casser une jambe ou pire.
Marie Curie a découvert en 1900 la radioactivité. Elle fut très exposée aux radiations et en mourut. Là, le risque n’était pas connu. Depuis, on sait se protéger de ces radiations par un habit de plomb, par exemple.


Pourquoi la recherche du risque touche t’elle davantage les adolescents ?


Sur la route, un constat sur les lieux des accidents sur adolescents sont malheureusement l’absence de casque. Sur 10 adolescents morts sur la route, on compte 8 garçons souvent conducteurs, contre 2 filles, souvent passagères.


Pourquoi ne pas mettre un casque, des gants, une veste, un pantalon quand on est sur un scooter ?


Pour le casque, les adolescents ne veulent « pas être décoiffés », ils veulent « être reconnus dans la rue, remarqués » .


Ils ne veulent pas porter de gants car « ce n’est pas beau, ça ne sert à rien » MAIS depuis le 20/11/2016, le port des gants est devenu obligatoire même sur un scooter.


On ne porte pas de veste car « il fait trop chaud », par exemple.


On porte des tongs car « cela fait cool ».


Malheureusement, sur les lieux d’accidents, le premier traumatisme constaté est le traumatisme crânien avec des séquelles terribles( ne plus pouvoir marcher, ne plus pouvoir manger seul car dans l’impossibilité de tenir un couvert, ne plus pouvoir parler, ne plus pouvoir écrire, devenir paralysé… en fonction de la zone touchée sur le cerveau).


L’énergie cinétique :
C’est l’énergie que génère un véhicule à cause de sa vitesse : on l’appelle aussi énergie de mouvement.


Ec = 1/2 x m x v ²avec Ec l’énergie cinétique en joules J, m la masse en kg et v en m/s.


On voit que l’énergie cinétique augmente considérablement avec la vitesse puisqu’elle est au carré ! Donc, plus le véhicule avance à grande vitesse plus il acquiert de l’énergie cinétique.


En cas d’accident cette énergie va se transformer en énergie de déformation ( du véhicule et/ou du conducteur) donc le risque de détruire l’ensemble véhicule + conducteur devient très élevé avec la vitesse qui augmente.
A 50 km/h , vitesse limite en ville, c’est comme si le conducteur recevait un choc de 20 fois sa masse
Pour 60 kg on a 20 x60 = 1200 kg soit 1,2 t…


Le premier traumatisme sur les lieux d’accidents est le traumatisme crânien.


La boite crânienne est très solide car elle protège le cerveau qui, lui, est fragile. Un liquide, le liquide céphalo-rachidien, entoure le cerveau dans le même objectif de protection. Il est contenu dans 3 membranes appelées les méninges. A chaque choc, il peut y avoir perte de neurones plus ou moins conséquente. Sur un cerveau de 1,5 kg si on applique la même règle que précédemment, on a 20 x 1,5 = 30 kg de ressenti. La tête devient lourde et le choc peut être terrible.
Les zones les plus endommagées du cerveau sont l’arrière qui est le siège de la vue… imaginez les conséquences…


Le 2ème traumatisme est le traumatisme pelvien ( parties intimes atteintes).
Le 3ème est la fracture du bassin.
Les brûlures de la peau des jambes ( si port d’un short), des bras ( si port d’un tee-shirt), des pieds ( si port de tongs), des doigts sont aussi souvent observées.


C’est important de ralentir pour que le choc , s’il a lieu , soit moins fort car moins d’énergie de déformation.


Conseils :


Un accident peut vraiment changer une vie.


C’est notre choix de s’exposer à un risque mais c’est aussi notre choix de se protéger.


Il faut se protéger la peau à cause et des risques de brûlures : porter un jean, un blouson en jean sinon en acheter un léger renforcé aux coudes et aux cervicales ( le premier prix est 50 € environ), porter un casque et des gants ( premiers prix chacun 50 €) : se protéger à un coût mais c’est tout de même moins grave que de devenir handicapé.


Le message de l’intervenante fut brutal mais très clair. En espérant , que les élèves, certes un peu choqués, y réfléchissent sur le long terme.


Nous remercions la Préfecture de Police de faire ce travail de communication.


Mme Rebuffé

 
Collège des Caillols – 66 rue de la Sariette (tél: 04.91.87.51.51 / fax: 04.91.35.19.04) - 13012 Marseille – Responsable de publication : Mme LANGLOIS
Dernière mise à jour : dimanche 13 septembre 2020 – Tous droits réservés © 2008-2020, Académie d'Aix-Marseille